Pour comprendre.

Je tente seulement,à postériori,de vertébrer un mouvement,une évolution mentale et intellectuelle apparemment confuse.Un ensemble de textes disparates,saisis dans l’instant,tels tableaux de peintre sans liens visibles.L’interprétation n’est pas mon affaire.L’ordre chronologique s’impose en meilleure garantie de l’authenticité de ma démarche.
Quelle force obscure m’obligeait à la prise de parole:ce travail de Sisyphe sans but ni gratification.Je passais d’une folie à une autre,d’un coup de foudre à un autre,bref et violent.Mon existence,échappant au contrôle de ma raison,devenait une errance quotidienne.Les quelques repères qui structuraient ma vie,maison,famille,métier etc…partaient en eau de boudin. »Dérèglement raisonné de tous les sens » serinait Jean Arthur Rimbaud,mais hors quelque volonté de ma part,telle une initiation imposée de l’extérieur,une désignation sublime.Parallèlement,mon texte se densifiait,gagnait en poésie et en musique.
« La musique souvent me prend comme une mer!
Vers ma pâle étoile.
Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther
Je mets à la voile.. ».
J’allais oublier Baudelaire.



Dans le Jardin des mots |
j'ai "meuh" la "lait"cture |
Les Chansons de Cyril Baudouin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | elfes, fées, gobelins...
| Pièces fugitives
| sosoceleste