Sonnet.

Rien n’est perdu ni de la fête
Des feux scintillants dans la baie
De blancs vaisseaux glissent à quai
Dans la nuit livide et secrète.

Demain sera liesse et d’aubades
Et nous danserons sur la mer
Demain sera par le concert
Que l’homme donne à l’ambassade

Rien n’est perdu ni de l’attente
La chimère en sang ni l’horreur
Le nom de l’arbre et de la fleur

De l’urne noire et de l’esprit
La trace vive de l’esprit
Sur cette table patiente.
—-



1...7891011

Dans le Jardin des mots |
j'ai "meuh" la "lait"cture |
Les Chansons de Cyril Baudouin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | elfes, fées, gobelins...
| Pièces fugitives
| sosoceleste